Grenade est une ville espagnole qui appartient à la communauté autonome de l’Andalousie. Elle possède plus de 239.000 habitants. Grenade est située aux pieds de Sierra Nevada, le massif montagneux le plus élevé dans la péninsule ibérique, ce qui détermine son climat
Grenade a été déclarée Site du Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO en 1984. Elle reçoit de nombreux touristes en raison des magnifiques monuments qu’elle possède, de la proximité à laquelle se trouve Sierra Nevada, sa station de ski professionnelle, de sa côte connue comme la Côte Tropicale, ainsi que de la Sierra de la Alpujarra, où vous l’on trouve de nombreuses et variées possibilités de se loger.
La ville de Grenade est donc, bien située, à 70km des plages, à 30 km de la station de ski Sierra Nevada, à 120 km de Malaga, à 250 km de Séville et à 200 km de Cordoue.

Son climat est méditerranéen avec des grandes variations de température en automne et au printemps. On peut facilement avoir 0ºC au petit matin et passer à 25ºC , l’après midi. Les températures sont très froides en hiver et très chaudes en été, avec des températures supérieures à 35ºC.

L'Alhambra, ainsi appelée grâce à ses murs rouges («qa'lat al-Hamra'» veut dire Château Rouge), est située en haut de la colline d'al-Sabika, dans la marge gauche de la rivière Darro, à l'est de la ville, en face des quartiers de l'Albaicín et de l'Alcazaba.
Sa position stratégique, d'où l'on domine toute la ville et la Vega (pleine fertile) de Grenade, nous emmène à penser qu'il y existait des constructions antérieures à l'arrivée des musulmans. Son ensemble, complètement entouré de murailles, possède une forme irrégulière et limitée[P1] au nord avec la vallée de la rivière Darro, au sud avec la vallée de l'al-Sabika et à l'est avec la rue Cuesta del Rey Chico, qui sépare l'Albaicín et le Generalife, situé sur la colline du Soleil (Cerro del Sol).
Les premiers documents qui font référence à l'Alhambra datent du IXe siècle, lorsqu'en 889 Sawwar ben Hamdun dut chercher refuge dans l'Alcazaba et la réparer à cause des luttes civiles qui frappaient à l'époque le califat cordouan, auquel Grenade appartenait. Plus tard, cette enceinte commença à devenir plus ample et à se peupler, bien qu'elle ne fût pas encore développée jusqu'au maximum parce que, pour le moment, les rois Zirides établirent leur résidence à l'emplacement de l'Albaicín.

Malgré l'incorporation de l'Alhambra à l'enceinte entourée de murailles de la ville pendant le XIe siècle, ce qui transforma l'Alhambra en forteresse militaire d'où l'on dominait toute la ville. La résidence royale ne fut pas établie à l'Alhambra qu'au XIIIe siècle, avec l'arrivée du premier rois Nasride, Mohammed ben Al-Hamar (Mohammed I, 1238-1273), un roi fait qui a marqué le début de la période de la plus grande splendeur de l'Alhambra.

Restaurée en mars 2015, Caminito del Rey, ancienne voie de desserte, est devenue l'une des principales destinations touristiques de la province de Malaga. La visite est guidée, ce qui fait toute la différence car le guide explique l’histoire et raconte de nombreuses anecdotes, ce qui rend le voyage très excitant et agréable. Il est spectaculaire tout le trajet du réservoir du comte de Guadalhorce jusqu'au barrage El Chorro. Situé dans un environnement naturel unique, le sentier s'étend entre deux gorges, des canyons et une grande vallée, le long de sentiers ou de promenades en bois. Après cette randonnée incroyable, dirigez-vous vers une brasserie locale et un grand moulin à huile d’olive et découvrez tout ce qui concerne la production de ces deux produits à la fois singuliers et délicieux. La visite dure environ deux heures et est dirigée par des guides anglais-espagnol. À la fin de la visite, dégustez les spécialités.

Le flamenco est une expression artistique qui a émergé en Andalousie à la suite du métissage culturel tsigane, arabe, juif et chrétien. Cet art andalou intègre le chant, la danse et la musique. Il est généralement interprété dans un tablao (scène en bois traditionnelle).

  • Malaga


    Malaga, fut fondée par les phéniciens aux environs de 800 av. J.C. sous le nom de Malaka (salaison de poissons) et utilisée comme enclave commerciale après la colonisation commencée en 1.100 av. J.C. avec la fondation de Gadir (Cadix). Après la domination grecque qui dura plus de 70 ans, Malaga fut dominée par les Carthaginois, mais après les guerres puniques, terminées en l’an 202 av. J.C. avec la victoire romaine, Malaga passa sous sa domination sous le nom de Flavia Malacitana, se convertissant en un important port de transit relié à d'autres enclaves romaines de la peninsule ou avec d'autres ports de la Mediteranée.

  • Malaga

    Le théâtre romain date de cette époque et quoique de petites dimensions il passe pour être l’un des plus anciens d’Hispanie. Après la chute de l’empire romain, Malaga est touchée par les grandes migrations et établissements de peuples germaniques, concrètement les vandales qui apportèrent d’Orient le credo arien. Au début du VIIIème siècle, la chute de l’empire gothique se précise et l'invasion des arabes venant des côtes d’Afrique du Nord commence dans la péninsule ibérique.
    Malaga tombe sous leur domination en l’an 743 et la ville devint florissante, entourée de remparts avec cinq grandes portes. De nombreux faubourgs et quartiers composaient la ville, traversées d’est en ouest, par une voie qui communiquait le port et l’Alcazaba avec l’intérieur des fortifications. Les quartiers des commerçants génois et juifs se tenaient à part du reste de la ville. Au XIIIème siècle, Abderraman III construisit la Porte de Atarazanas, actuel accès au marché central.Bien qu’au XIVème siècle, se produisirent les premières tentatives de reconquête, ce n’est qu’à la fin du XVème siècle que les rois catholiques purent reconquérir la ville.

  • Malaga

    C’est exactement le 19 août 1487 que la ville tomba (la dernière ville reconquise fut Grenade en 1492). A partir de là, les communautés religieuses furent essentielles au développement urbain, des faubourgs se créant autour de la ville ainsi que les couvents de la Victoire et de la Trinité. Une grand place vit le jour pour la première fois : La Plaza Mayor, aujourd’hui Place de la Constitution. Les XVIème et XVIIème siècles se caractérisent par les crises que provoquent l’expulsion des maures d’une part et, d’autre part les mauvaises récoltes, les inondations causées par le fleuve Guadalmedina et les grandes épidémies.